Sonatines de deuil

Sonatines de deuil

Hubert Lucot

Language: French

Pages: 177

ISBN: 2818036100

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


En mars 2010, l'épouse d'Hubert Lucot (A.M.) fut déclarée atteinte d'un cancer du pancréas.

Elle mourut à Auteuil, dans une unité de soins palliatifs, le 9 août 2012.

Le 24 août, à Soulac-sur-Mer, Emmanuel Lucot, le fils d'A.M. et H.L., dissémina ses cendres dans l'Océan.

Du 1er septembre 2012 au 7 novembre 2013, Hubert Lucot a tenu un journal de deuil qui, travaillé, est devenu un roman.

Streisand: Her Life, 2012

King Icahn: The Biography of a Renegade Capitalist (20th Edition)

Fire and Rain: The Beatles, Simon and Garfunkel, James Taylor, CSNY, and the Lost Story of 1970

Duel for the Crown: Affirmed, Alydar, and Racing's Greatest Rivalry

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sous le mont Blanc et sous le monte Rosa : sur le plat de Megève (Les Lutins, 1944) et de Macugnaga aux multiples hôtels. 19 h 20 Rentré, j’écoute mon répondeur. Dès les premières syllabes, je sais que Christiane Tricoit m’apprend la mort de Jean-Claude Montel. Ses proches n’ont aucune nouvelle de lui… la police enfonce la porte… il est dans son lit en pyjama… depuis 15 jours. Dimanche 14 avril Dès le réveil, Jean-Claude. FIXÉ. Ce mot spontané a valeur d’image. 15h40 J’aime qu’un long toit

frais, mais c’est le soir à la Bastille que je ressens, quand nous emménageâmes. Éclatante jeunesse d’A.M., grises les difficultés matérielles. 25 octobre Journée agréablement passée en Seine-et-Marne avec Alain Frontier et Marie-Hélène Dhénin. Longue visite du château de Vaux-le-Vicomte. Nous avons marché dans le parc, nous sommes montés dans le dôme colossalement creux et sur sa passerelle étroite. Pendant sept heures, d’infimes circonstances m’amenèrent subrepticement à prononcer

regardé la soirée qu’Arte a consacrée à Luis Buñuel, elle vante l’acteur Fernando Rey, particulièrement ses mains, les compare aux miennes, � longues et douces », avance � la caresse », je ne sais si je dois critiquer ou aimer la naïveté de son amour pour moi. Je vois les reins nus d’A.M. devant un évier et sa culotte dans laquelle, vanté ultérieurement par Zina, je glisse ma main douce… � ma main en douce ». SONATINES V Mercredi 3 juillet, 10 h 30 Je consulte la météo télévisée. Un déroulant

comptoir : je le connus dominé par le gros Aveyronnais Bessières, un demi-siècle avant lui. 10 h 55 Maintenant, passe devant moi une spirale de 3 ou 4 mètres d’un boudin spécial. […] J’enquête. Un rapide syllabisme asiatique définit la chose : � Sau-cisse couteau de l’Aveyron. – Je fréquente les bougnats auvergnats depuis 60 ans, je n’ai jamais rien vu de tel. » 11h02 La rue trop fraîche – agréablement. Inchangée depuis 50 ans. Un déjà-vu – dans le monde présent à la chair forte – m’a donné un

la seule robe – noire – et le seul chemisier – blanc et légèrement déchiré –, je ne trouve ni culotte ni soutien-gorge. Soudain : la main du malheureux fils me tend une culotte bleu nuit. J’enfourne le tout dans un grand sac qu’intelligemment Stanislas a demandé à son amie Mélissa, caissière chez Franprix. Dimanche 27 octobre, 5 h 10 Probablement, mon insomnie sera longue. Le mot � DÉNUDÉ » s’impose. Il s’applique à Aliette, belle comme dans sa jeunesse : on a retiré sa vieillesse en lui ôtant

Download sample

Download